Équipe mapCOLLAB 

L’équipe de travail a grandi au fil du projet. L’équipe de recherche s’est d’abord formée, ensuite se sont ajoutés les coordonnateurs de terrain de chaque ville, l’équipe graphique et d’animation. À Montréal, un intervenant communautaire de chaque quartier s’est joint à l’équipe pour animer les ateliers. Finalement, les participants des quatre quartiers ont été rencontrés par les coordonnateurs et les animateurs à travers les organismes et intervenants communautaires et associatifs locaux et lors d’évènements de quartier. Au total, 39 jeunes se sont joint à l’équipe mapCOLLAB.

Montréal

Ajouna Bao-Lavoie

J’ai fait ma maîtrise à l’INRS en études urbaines et ai été prof de danse Hip Hop auprès des jeunes dans plusieurs centres communautaires à Montréal, d’où mon intérêt pour le projet mapCOLLAB. Dans le cadre du projet, j’étais présente pour aider à la préparation du spectacle de lancement des guides de St-Michel et Petite Bourgogne et de la campagne de financement pour un éventuel voyage à Paris. J’étais impliqué dans la planification et l’organisation de la soirée (je prenais les notes de réunions; aidais dans le suivi des tâches à faire et travaillais à l’organisation des horaires des équipes de travail). J’étais bien sur présente le jour du lancement pour accueillir les spectateurs et profiter des belles performances!

Alexia Bhéreur-Lagounis

Pieuvre jongleuse, Alexia aime mettre à profit de la recherche sa créativité, son humour, ses réflexions philosophiques et son sens de l’organisation.  Elle a de nombreuses années d’expériences en art, dans l’organisation d’événements, dans la création collaborative, la mise sur pied de stratégies, la création de spectacles, en passant par les médias sociaux et la ludification événementielle. Pour mapCOLLAB, elle a pu accompagner plusieurs étapes du projet avec les chercheurs et les jeunes et ainsi découvrir leur immense talent et passion.

Antonia Hernandez

Antonia Hernández is a Chilean media artist and SSHRC-supported PhD student in the Joint-Program in Communication at Concordia University. Using a dollhouse as her research device, she is looking at how domesticity and labor are entangled in amateur sexcams. With a BA in Graphic Design and a MA in Media Studies, her professional work mixes media practice and theory, facilitating the communication of research projects. She is a founder member of MAT3RIAL, a collective of researchers, designers and developers.

David Austin

David Austin is a former youth and community worker who has worked for various organizations in Toronto and Montreal. He is the author of Fear of a Black Nation˸ Race Sex and Security in Sixties Montreal and various articles on the education and social movements, He currently teaches in the Humanities, Philosophy, and Religion department at John Abbott College.

Désirée Rochat

D’origine haïtenne et suisse, établie à Montréal depuis mon adolescence, j’ai eu la chance de découvrir la ville à travers mon travail comme éducatrice communautaire dans différents centres et projets. Inspirée par les jeunes et les intervenants que j’ai cotôyé, j’ai entrepris il y a quelques années des études de doctorat et ai développé depuis différents projets d’éducation populaire. mapCOLLAB m’a donné l’opportunité de connecter diverses facettes de mon travail et de mon parcours académique, tout en collaborant avec une équipe unique. Intéressée par les archives communautaires et l’histoire des communautés caribbéennes au Québec, je compte bien continuer à apprendre des jeunes et moins jeunes avec qui j’ai la chance de travailler.

Jean-Addlaire Gaétan

I’m a product of my community. Riche d’espoir et de détermination je suis un  citoyen engagé. Comme mes pairs, s’adapter est la façon de passer à travers le temps. On parle plusieurs langues, utilise de nombreux slangs, porte différents chapeaux, endosse plusieurs combats… un peu comme un jeu d’enfant. En gros, je suis toujours le même jeune dans un corps d’Homme rempli d’adrénaline. Le carré de sable s’est élargi et on ne joue pas pour gagner. C’est une question de survie. Pour y arriver, on vit à travers notre communauté.

Julie-Anne Boudreau

Julie-Anne Boudreau est Professeur titulaire à l’Institut national de la recherche scientifique. Elle s’intéresse aux transformations des pratiques citoyennes et de l’action politique en contextes urbains, aux recompositions de l’État et aux modes de vie alternatifs. À Los Angeles, Mexico, Hanoi, Toronto, Bruxelles, Paris et Montréal, elle favorise la recherche participative et ethnographique. Toxicomanes, militants radicaux, travailleuses domestiques, délinquants, artistes, étudiants, migrants, elle explore la constitution des subjectivités politiques, particulièrement chez les jeunes. mapCOLLAB lui a énormément appris sur la force des jeunes et leur créativité.

Leslie Kapo-Touré

A l’aube de l’an 2000, pour les jeunes c’est plus le même deal, pour celui qui traine comme pour celui qui file tout droit. Des durs, des boss, des tueurs à gages, des bandits, des médisants et soi-disant dans l’biz depuis qu’ils ont 10 ans… Des donbis! Tu veux connaître mon rêve, écoute ça, rouler en Testarossa, bagues au doigt, faire des ‘Marseille by night’ avec ma smala. The truth is that I never shook my shadow, every day it’s trying to trick me into doing battle. Tudo o que quer de mim, irreais, expectativas, desleais. And I’m thinking: lights are blinding my eyes…

Mohamed Noredine Mimoun

Je suis né en Algérie il y a 41 ans, dans une famille modeste dans une ville qui s’appelle Ammi-Moussa. J’ai quitté vers la France ou j’ai étudié jusqu’à ma troisième année de doctorat. J’ai tout arrêté pour faire libraire. J’ai vécu les émeutes des jeunes des banlieues parisiennes en 2005-2006 et ça m’a tellement marqué que j’ai quitté vers le Canada quand ma femme m’a annoncé qu’elle était enceinte. Je n’ai pas voulu que mon enfant vive et supporte toutes les frustrations de son père et de son milieu. Je m’occupe de la mobilisation et du développement du Forum Jeunesse de Saint Michel et depuis cette année, du ‘Vivre ensemble’ au Cégep De Maisonneuve.

Je suis un passionné des jeunes et de leurs causes! Le projet Mapcollab est arrivé au quartier Saint Michel à travers la chargée de la culture Marie Lalonde. Elle trouvait que mobiliser les jeunes du quartier dans un projet de création et d’écriture était dans la mission du FJSM. Avec Désirée, nous avons réfléchit sur les critères de sélection des jeunes, nous les avons mobilisés à travers les écoles, les organismes et les espaces jeunesses et nous avons constitué un jury composé de Désirée, la directrice de la Bibliothèque de Saint Michel et la directrice Adjointe du centre pour adulte Gabrielle Roy. Les jeunes sélectionnés répondaient au critère de la disponibilité, de l’intérêt et de l’histoire à raconter, et enfin à l’âge de 16-25 demandé.

Une aventure de création et d’écriture avec les participants Nico, Patrick, Ouali, Salma, Marc-Kendy, Nour, Elisabeth, Giulio, Samuel tout comme celle des membres de l’équipe, Désirée, Julie-Anne, Jean-Addlaire, Phil, Antonia nous a permis de connaitre des gens formidables. Le projet Mapcollab nous a marqué tous, il a donné de la visibilité au FJSM et à sa mission première de sensibiliser les jeunes à l’engagement et à la participation citoyenne.

Phil Lichti

Phil Lichti est un créateur multimédia, un éducateur et le coordonnateur des projets numériques du Centre d’histoire orale et récits numérisés à l’Université Concordia.  Son travail explore l’intersection entre des lieux et l’histoire orale.  Il a géré de nombreux projets multimédias reconnus en collaboration avec le CHORN.

Steven High

Steven High is a professor of history at Concordia University. His work focuses on what we can learn about the past through living memory. His work focuses primarily on urban change in Montreal’s Sud-Ouest, both in terms of changing neighbourhoods as a result of deindustrialization and gentrification but also in terms of immigration. Much of his recent work has been with Montrealers displaced by war, genocide and other human rights violations.​

Paris

Claire Carroué

Je m’appelle Claire, Claire Carroué. Carroué ça veut dire carrefour en latin. Doctorante en études urbaines, j’ai construit mon projet de recherche à la croisée des chemins entre ici et ailleurs. Entre l’Ile-de-France et Montréal parce que la puissance d’une réalité s’exprime tant à travers sa singularité que des formes de correspondances. Quelle chance !

Marquée par mes expériences personnelles de la banlieue nord, et la banlieue ouest en Ile-de-France je me suis tout d’abord intéressée –en master, aux questions des identités et des inégalités au sein des cimetières de Versailles et de Saint-Denis. J’ai souhaité rejoindre ce projet afin de répondre à mon besoin d’engagement et de collaboration au sein d’une équipe partageant un projet et des valeurs communes.

Découvrir, recruter, animer, organiser, écouter, s’étonner, comprendre, s’indigner, aimer, croire, encourager, s’affirmer sont autant d’actions que j’ai menées au rythme du projet. Etre jeune c’est faire face à des défis ! Nous avons beaucoup parlé, décrit, débattu des différentes réalités quotidiennes dans les quatre groupes. Si les demandes de justice, d’écoute et de changement ont été les moteurs de ce projet, la construction du bonheur de chacun et des voisins est une préoccupation constante. Une  belle leçon de vie, c’est pourquoi je suis fière d’avoir été des vôtres. Alors merci pour votre travail, votre confiance et nos fous rire.

Coline Cardi

Sociologue, je suis maîtresse de conférences à Université Paris 8 et chercheuse au Cresppa/CSU.

Mes travaux portent principalement sur le genre du contrôle social et de la régulation, au croisement de différents types de droits et institutions.  J’ai notamment analysé la déviance des femmes au prisme de deux figures principales: la “délinquante” et la “mauvaise mère”. Pour cela, j’ai principalement enquêté en prisons de femmes, sur la justice des mineurs (dans son versant civil et pénal) et dans des dispositifs de protection sociale.

Le travail collaboratif réalisé avec les jeunes d’Aubervilliers et de Pantin a été pour moi l’occasion d’exercer d’autres manières de faire de la sociologie, en changeant parfois de caquette, et de me tourner davantage vers l’expérience de celles et ceux qui peuvent être “parlé.e.s” par les institutions. Cela m’a permis également de renouer avec une pratique ancienne d’animation puisque parallèlement à mes études de sociologie, j’ai eu la chance, il y a maintenant quelques années, d’animer des cours de danse avec des jeunes suivis par la protection judiciaire de la jeunesse.

Elsa Brès

Pour la recherche mapCOLLAB, j’ai accompagné les groupes de travail des jeunes des Quatre Chemins (Pantin) et de la Maladrerie (Aubervilliers) dans l’écriture et la réalisation des capsules vidéos. Aux vues de ma démarche d’architecte et de réalisatrice, nous avons soulevé ensemble une question centrale dans la recherche: qu’est ce qui parcourt le geste de filmer un espace?

En traversant ensemble des questionnements liées à l’image et à l’imaginaire et en partageant des cheminements communs dans chaque quartier par le partage de récits d’expériences des lieux, nous avons élaboré une réflexion sur la représentation de ces espaces. La dynamique de partage des connaissances et de (ré)appropriation de l’image et de ses outils a guidé la réalisation complète et autonome de leurs films qui composent les guides. Films qui, dans leur diversité de forme et de points de vue, proposent un portrait en constellation de chaque quartier.

Lamence Madzou

Actuellement je suis le responsable du service de médiation sur la ville d’Aulnay sous Bois, en banlieue parisienne. Mais avant cela, j’ai été au début des années 90 successivement  un délinquant, un chef de gang et un voyou dans le grand banditisme.

Lorsque j’ai pris la décision de me retirer de ces milieux, je me suis plongé dans une longue introspection afin de définir quelle orientation donner à ma vie. Je voulais sans ambiguïté passer à autre chose, mais j’ignorais totalement comment.

Par la suite, durant quelques années, je me suis longuement impliqué dans le milieu associatif, parce qu’il me paraissait évident que j’avais un devoir de transmission et une responsabilité vis à vis des jeunes qui avaient pu suivre mon exemple.

Au travers de mon expérience, il s’agit pour moi de déconstruire l’idée que les jeunes peuvent s’en sortir par la délinquance. Mon message est le suivant : soyez inventif et engagé, démontrez que vous êtes bien plus que l’image à laquelle on veut vous renvoyer. Prenez toute votre place dans cette société et existez. Ce que vous êtes et faites aujourd’hui n’est pas une finalité, le meilleur est à venir. Attelez vous à le démontrer. A vous de construire ce que vous voulez être.

Marie-Hélène Bacqué

Je suis sociologue et architecte. J’enseigne à l’université et je travaille depuis longtemps sur la banlieue parisienne mais aussi en Amérique du nord, dans ce que nous appelons en France des quartiers populaires. J’ai vécu plusieurs années dans la cité Emile Dubois qui jouxte La Maladrerie à Aubervilliers. Pour mon diplôme d’architecture, j’ai fait un projet de réhabilitation de cette cité et à la suite j’ai travaillé avec beaucoup d’habitants sur ce projet. Quand la Maladrerie a été construite, les jeunes d’Emile Dubois disaient : « c’est le 16eme arrondissement à côté de chez nous ». Revenir dans le quartier et le redécouvrir à travers les yeux de ses jeunes habitants a été une expérience très riche.

Petite Bourgogne

Christopher Smith

Imad Chawki

Jarad

Kabisha

Louisa Peace

Maria

Naniie 

Sajib

Taats0x

Tivon Thompson

St-Michel

elisabeth martine renard

Giulio Mazzella

Marc-Kendy Milien

Nico

Nour Zirat

Ouali Makhlouf

Patrick Pascal

Salma Raji

Samuel Roussel

La Maladrerie

Adel

Aissatou Diebo

Amine Benhimde

Awa Mangassouba

Dioncounda Konte

Lalei Konte

Mariam Baradji

Morgane Jupiter

Rui-Miguel Constantino

Sabrina Oumeziane

Sediba Camara

Yanis Mebarki

Quatre-chemins/Diderot

Aly Fofana

Amine Bouziane

Iza Izazou

Jannet Williams

Karim Debbarh

Mohamed Abdul Nazar

Nesserine Ness

Youcef Tamar